Sur les traces du roi Salomon

Xe siècle av JC :

Considéré comme un prophète dans le Coran et Roi d’Israel par la Bible, le roi le plus sage et bâtisseur du temple de Jérusalem se rend avec sa suite sur une petite île de l’océan indien : Ceylan.

Ce fils de David y convoite un fabuleux rubis, dans le but de conquérir la sublime reine de Saba…

12/08/2017, 11H00 :

" Au seul énoncé de ce nom de légendes, mythes et fabuleuses histoires se mélangent dans mon esprit.

Départ immédiat pour la ville de la côte ouest : Ratnapura

Dans le van qui nous y emmène, la vision de ces milliers de cocotiers et de cette végétation luxuriante défilent telle une ode à notre bonne Mère Nature .

Pour les nombreux visiteurs, cette cité est principalement liée aux pierres précieuses et ces célèbres saphirs au bleu incomparable.

Pour les aventuriers, on la surnomme la « Bank » tant elle a offert à ces chercheurs de trésors les plus beaux gems que la nature puisse offrir, tel le géant bleu d’orient aux 466 carats.

Mais pour ma part, ma quête n’est pas là, elle reste inconditionnellement ésotérique, spirituelle et humaine.

Je vais ainsi vous conter à travers mon aventure, les Histoires liées à cette perle plusieurs fois millénaires…"

Xe siècle av JC :

Le roi Salomon et sa garde rapprochée traverse le Royaume de Ceylan par le Sud.

Il est arrivé il y a déjà quelques jours, en y accostant dans le port aux milles épices : Galle.

Fasciné par la profusion en variété et en parfum de ces aromates dont certains lui sont encore inconnus, une seule idée préoccupe le roi amoureux : acquérir cette incroyable pierre rouge, symbole de sa passion pour Saba.

Mais sa quête ne sera pas aisé, déjà plusieurs jours de route et la cité de Ratnapura est encore loin…

L’ascension est escarpée et interminable mais la vue époustouflante, tel un long tapis vert se déroulant a l’infini.

Sa quête n’en sera que plus belle…

12/08/2017, 12H30 :

"Premier arrêt dans un Horona, un charmant relais de restauration.

Il se trouve dans une rizière bordée d’immenses cocotiers.

Tout en admirant cette vue, j’y déguste différents currys aux épices et légumes multiples.

En repensant à la conversation de la veille sur la plage avec notre cousin joaillier où il possède une boutique, je me suis rendue compte que j’avais omis dans mon post sur les pierres de vous raconter que nous avions tous une pierre correspondant à notre mois de naissance.

Cette histoire remonte à l’antiquité. Elle serait basée sur les 12 pierres qui ornaient le plastron D’Aaron, frère de Moïse. Chacune d’elles représentait une des 12 tribus d’Israel.

Ce n’est qu’à la création du calendrier en 1752 que l’on a, pour chaque mois, fait correspondre une pierre censée protéger et donner à ces porteurs certaines qualités et bienfaits.

En voici les composantes :

  • Janvier : le Grenat (Rouge), elle favorise la bonne tenue du système sanguin, ainsi que le bon fonctionnement du coeur et des poumons. Elle serait bénéfique à la passion et au romantisme.

  • Février : l’Améthyste (violette), pierre traditionnel du clergé, du grec signifiant « sans ivresse » , elle prenait la couleur du vin quand on versait de l’eau dans une coupe faite en cette pierre. Elle est bonne pour le sommeil et pour le système nerveux.

  • Mars : l’Aigue Marine (bleu clair), pierre protectrice des marins, on l'associe aux mers et océans. Elle est bénéfique au foie et aux dents. Elle calme angoisses et peurs.

  • Avril : Le Saphir Blanc ou Diamant (blanc cristallin), du grec « l'indomptable ». Elle est connue pour sa dureté incomparable et est symbole d’ éternité, de loyauté. Elle est considérée comme la reine des pierres, et de ce fait la pierre des mariages.

  • Mai : l’Emeraude (vert vif), du Perse « coeur de pierre », elle est la pierre du renouveau. Pierre mystique, elle apporte sagesse et réussite à ses détenteurs.

  • Juin : L’oeil de chat et L’Alexandrite, pierres de l’innocence, de la vérité et de la bonne fortune.

  • Juillet : le Rubis (Rose, rouge), pierre de la dévotion. On dit d’elle qu’ elle prévient de ses ennemis en prenant une teinte plus sombre, et inversement, plus clair qu’en le danger s’écarte.

  • Août : le Péridot (vert mousseux), selon les égyptiens cette pierre chassait les mauvais esprits. Elle est bénéfique à la prospérité, la richesse.

  • Septembre : le Saphir « la plus belle des choses » en Hébreu . Elle est la pierre de la création et de la méditation.

  • Octobre : l’Opale ou la Tourmaline , pierres de la sérénité et de l'espoir.

  • Novembre : Topaze jaune et citrine, jaune comme le soleil, elle équilibre l’esprit. Elle favorise succès et compréhension.

  • Décembre : Zircon bleu et Turquoise, pierres de l’intellect et de la réussite. Le Turquoise écarte la maladie et facilite le retour à la stabilité.

Je vous laisse maintenant, ayant corrigé mon oubli et reprends dès à présent ma route pour les mines de Ratnapura et ses paysages verdoyants…"

Xe siècle av JC :

Nous nous approchons de la cité aux merveilleuses pierres. L’air y est plus frais qu’en bas où la chaleur humide et écrasante, nous a bien tourmentée.

Nous voici à l’entrée de la ville et regardons le balai des marchands de Gems discuter et négocier leurs sublimes trouvailles.

Mais à cet instant, un attroupement se forme et une joie immense éclate de cette foule, ne formant plus qu’ un seul et compacte voile blanc.

Je demande à un de mes gardes d'aller se quérir de ce qu’il est en train de se passer, tant leur joie est démesuré.

Après quelques temps de discussions, il revient avec un air surexcité.

« Mon roi une merveilleuse chose s'est produite, il y a quelques jours… » Il me raconte qu’il se dit qu'un morceau de Saturne se serait détaché et serait tombé des étoiles sur cette terre déjà bénite en minéraux.

Ces pierres seraient d’un bleu infini.

Quoi de plus beau à offrir à ma convoitée Reine de Saba que ces pierres venues des cieux…

Je m’en vais dès à présent les chercher et bien sûr les trouver… Mes espoirs et mon énergie se voient décupler à cette pensée…

12/08/2017, 15h00 :

"Arrivée à Ratnapura, le voyage a été prenant, tant la montée, ou plutôt les innombrables tournants pour y accéder, m'ont fait virevolter de mon confortable siège.

Les routes étaient sinueuses, et la peur présente à chaque instant où nous prenions un virage car peu de place pour une route censée être en double sens et en bas… Le vide…

Mais la vue d’en haut sur une terre colonisée par la nature, où je pense pouvoir voir toutes les différentes teintes de vert existantes me redonne du baume au coeur… La jungle est partout et le ciel brumeux courtise pratiquement cet infini verdoyant.

A l'entrée de la ville, mon oncle me montre la place où se négocie en matinée les pierres trouvées… Nous les verrons demain matin. Pour l’heure, nous nous arrêtons au bord d'un chemin et marchons vers l’académie de gemmologie où nous passerons la nuit. Incroyable !!!

Nous arrivons sur un long pont suspendu façon Indiana Jones… La rivière y passe en dessous. L'aventure continue…

Après quelques minutes de marche, une allée de cocotiers nous accueille...

Nous rentrons dans l’école de gemmologie où

étudiants du monde entier viennent parfaire leurs connaissances.

Le lieu est charmant tout comme les personnes qui y travaillent, des femmes y cueillent les feuilles de thé… Nous posons nos affaires dans le lodge au premier étage… Tout y est parfait et en adéquation avec l’environnement (un grand Merci à Marc Dole de nous y inviter).

Nous reprenons le van, direction une mine en pleine activité… C’est impressionnant…Nous nous approchons d’une petite cabane où le propriétaire, toujours présent, surveille attentivement ce que les mineurs ramènent de leurs expéditions souterraines.

Je me rapproche de ce puit jonché au dessus de la rivière où, à l'intérieur, toutes les fondations ne sont faites que de bambous et admire le travail de ces hommes vêtus juste de pagnes et arborant des lèvres et langues rouges vifs.

En effet, ces hommes chiquent, à longueur de journée, une boulette (composée d’une feuille et d'une fleur) qui, mâchée, leur donne plus de force, de courage et annihile leurs peurs.

En leur enlevant toute envie

de manger, ils travaillent

sans s’arrêter dans l’espoir

de trouver les pierres qui amélioreront leur quotidien.

Pour que vous ayez une meilleur vision de leur quotidien, j'ai tenu à

demander à un de nos

cousins d’y descendre

(20 mètres de profondeur)

afin que vous puissiez voir

la réalité et la dureté

de leur travail.

Nous aimons tellement,

nous les Femmes,

ces fabuleuses pierres,

qu’il faut prendre conscience

du travail et de la dureté

des conditions de ces mineurs qui les cherchent…

J’ai éprouvé beaucoup d’émotions en les voyant

et beaucoup de respect…

Jetez un oeil sur la vidéo ci-dessous prise instantanément dans les mines :

Nous devons réellement prendre conscience que ces joyaux que l’on nous offre ont été cherchés inlassablement dans la terre, creusée par des hommes, qui risquent leur vie à chaque instant.

Qu’elles sont sources d’espoir, voir de passion. Que la nature les a produites et façonnées durant des milliers d'années, avant qu’elle arrive à nous.

C’est aussi cette aventure humaine que je souhaitais vous conter et vous expliquer pourquoi les pierres ont tant de valeurs, dans tous les sens du terme…

Je quitte cette mine au son des moteurs, qui rejettent l’eau de la mine afin qu’elle ne soit pas inondée, ainsi que ces travailleurs de l’espoir (6 euros par semaine + une commission s’il trouve des pierres et peut être la fortune s’il trouve LA pierre parfaite).

Nous retournons au lodge nous détendre et profiter de la nature environnante ou thé, arbres à caoutchouc et cocotiers rappellent que la nature est si bien faite et si parfaite…"

Xe siècle av JC :

Je n’ai pas fermé l’oeil de la nuit, ces pierres m’obsèdent tout comme cette reine à qui je veux les offrir.

J’ai l’impression de devenir fou, je ne sais pas si c'est l'amour, le diable ou la beauté de cette nature qui me tourmentent mais ma raison s’efface derrière cette passion.

J'ai envoyé ce matin une partie de ma garde trouver l’homme qui possède ce fameux rubis.

Quelques heures plus tard, un vieil homme arrive, il est si vieux et si maigre, que l’on dirait un esclave.

Il est drapé d’un tissu blanc comme ceux que j'observais la veille, à mon arrivée…

Il se présente devant moi, mais où peut il cacher cette merveille ? Est-elle sur lui ? Existe-t-elle vraiment?

Mon âme est possédée, s’il ne l’a pas en sa possession, je suis capable de l’étrangler de mes mains !

Que m'arrive-t-il ? Moi, le roi si juste …à qui on conféra la responsabilité de bâtir le temple de Jerusalem afin d’y protéger l’arche d’alliance…

Il s’avance vers moi et commence à défaire le noeud de son drap, noué autour de sa taille…

Il tient quelque chose dans ses mains enlacés et en se rapprochant de plus en plus de moi, me fait découvrir le fruit de ma venue sur cette île.

Le rouge de cette pierre est plus rouge que le feu… C’est comme s’il me présentait le coeur d’un pigeon encore vivant.

Je suis fasciné, ébloui, j’exulte… Comment la reine de Saba pourrait-elle maintenant me résister après ce présent.

Je n’ai jamais vu telle merveille ! J’hésite un instant à la garder pour ma collection personnelle…

La passion m’habite et le diable avec…J’acquiers ce joyaux sans même discuter. Elle est dès à présent à moi !

Il ne manque plus qu’à ma quête, ces fabuleuses pierres bleues tombées du ciel, ce don divin qui fera de moi le plus grand des Rois !

Ces obsessions me rongent littéralement, plus rien n’a d’importance, mis à part de les posséder… Tout comme l’idée de posséder la reine de Saba…

12/08/2017, 19H00 :

"Après une rapide douche, je me prépare pour diner.

J’ai, dans mon esprit, toutes les images de la journée : la beauté luxuriante de la jungle, le regard de ces mineurs avec ces lèvres rouges vifs, tels des passionnés féroces à la recherche du merveilleux, et cette ascension vers Ratnapura mélangeant excitation, peur et vision féerique.

Trop de pensées se chevauchent en moi.

Je dine rapidement et malgré le feu de joie allumé pour nous et la fête qui se prépare, je décide de partir me coucher… Envie juste de débriefer avec moi même…

Après avoir mis ma moustiquaire et m’être glissée dans mon lit, la fête commence plus bas. Il est 20H30.

Le congo (genre de djembé cinghalais) résonne, le rythme est enivrant, tout comme le chant de ces hommes accompagnant de façon suave et bien heureux cet instrument.

Le rythme est entrainant, on pourrait comparer cela entre un mélange de musique tribale africaine et de la musique des îles des tropiques. Je suis bercée par ce moment si privilégié .

Il est maintenant près de 23h00, je n’arrive pas réellement à m’endormir. Mes compagnons de routes ne s’étant jamais arrêtés de jouer et de chanter, je décide de me tirer les cartes du tarot de Marseille.

1ère carte : le Charriot

2ème carte : le Diable

3ème carte : le Monde

Et bien sûr, à ce moment là, un frisson parcours mon corps, mon mari a dû demander une chanson spécifique au Sri Lanka,

la Devil Dance, la Dance du Diable.

Le rythme y est particulièrement rapide, le son du congo résonne plus fort et les hommes qui chantent, prennent une voix d'un autre monde… Comme s’ils étaient possédés… Rassurez-vous, cette musique n'est, en aucune façon, une manière de l’invoquer mais plutôt de s’en protéger… (que les âmes sensibles, moi compris, soyons rassurées).

Il est 1h00 du matin, la musique s’est arrêtée, tout le monde est parti se coucher.

Je n’arrive pas à dormir, obsédée par ce que j’ai vu, par ces mythes, histoires et légendes…

C’est littéralement passionnant !

Je regarde par la fenêtre ce monde, qui n’a pratiquement pas été touché par l’homme et où la nature est encore Reine."

Cela me fait penser au périple que j’ai fait il y a quatre ans à 40km de là, toujours dans le district de Ratnapura :

la marche de nuit, vers le sommet du Pic d’Adam pour voir le lever du soleil.

Cette montagne de 2200m de haut porte ce nom car une légende cinghalaise raconte qu’après avoir été chassé du paradis, Adam retomba sur ce pic.

En haut de ce pic se trouve un temple abritant une grotte sacrée où on peut admirer une trace de pied de 2 mètres de long… Peut être celui d’Adam ?

D’autres mythes racontent que cette trace de pied gigantesque, cacherait la trace du pied de Buddha, lorsqu’il atteignit le Nirvana. Il est dit qu’il se projeta sur ce pic au Sri Lanka, où est conservé encore aujourd’hui une de ses dents (depuis le 4ème siècle), dans le temple sacré de Kandy.

Elle ne sortirait qu’une fois par an, lors de la fête de la Perahera où des dizaines d’éléphants, parés de costumes flamboyants et de lumières défilent au rythme des danseurs non moins célèbres de Kandy.

Chaque année au mois de Juillet ou Août et ce pendant 10 jours, un des éléphants a l’honneur de transporter cette fameuse relique, pour le plus grand plaisir de millier personnes assistant à cette procession.

De plus, en haut du pic d’Adam, on peut assister à un phénomène météorologique dû aux brumes qui font que, au lever du soleil, l’ombre de la montagne n’apparait pas au sol mais se dresse à la verticale, formant une pyramide… Incroyable à voir pour les passionnés d’ésotérisme que nous sommes…

Si vous voulez en savoir plus sur les différentes légendes du pic d’Adam, car toutes les religions en parlent, je vous conseille ce lien :

http://www.sciences-fictions-histoires.com/blog/archeologie/l-empreinte-du-pic-d-adam.html

Je m’endors et vous retrouve demain pour la suite et fin de ce périple."

Victoria votre voyante - Tarologue

À l'affiche
Posts récents
Par tags
Pas encore de mots-clés.
Nous suivre
  • Facebook Classic

© 2018 par LA MAISON DE LA CARTOMANCIE.